Photo-G.Cassiau (1)-min
Photo-C.Riviere (1)-min
Photo-G.Cassiau (1)-min

NOS MEMBRES

NOS PARTENAIRES

Gérard Davet

A 55 ans, Gérard Davet compte trente ans de « tarnitude » derrière lui. Au départ, ce journaliste parisien n’a pas eu le choix : en épousant la semalensoise Sylvie Verniole, il fallait bien se déplacer dans ce département isolé, s’initier au ramassage des cèpes ou déguster le « poumpet » de Semalens. Et puis, entre deux « tous ensemble » poussés pour supporter Castres, il a fini par apprécier les collines aux reliefs toscans, l’accent rocailleux et chantant, le pic de Nore en fond visuel…. Et il ne peut plus rater le marché Tarnais, quand il se déplace à Paris.

Christian Cavaillé

Christian Cavaillé est né en 1943 à Lagrave (entre Albi et Gaillac) de parents vignerons. Élève de l’École Normale d’Instituteurs de Toulouse puis de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, agrégé de philosophie il a été longtemps professeur de philosophie. Son épouse, Hélène, également enseignante et aujourd’hui retraitée comme lui est native de Mazamet (nom de jeune fille de sa mère : Farenc). Il écrit et publie des essais de philosophie et des poèmes ainsi que des articles, des fables, des récits pour la jeunesse. Il habite Paris mais séjourne fréquemment dans le Tarn.    

Colette Fauré-Ligou

Colette, dont les origines tarnaises se retrouvent à Puylaurens , est née et a vécu à Toulouse.   Après ses études supérieures (IUT information et doctorat de Géographie à l'université Jean Jaurès de Toulouse), elle a rejoint Paris pour  intégrer l'administration de l'Education nationale.  Adhérente de Tarn et Paris, elle conserve des liens étroits avec le Sud-ouest

François Sire

François Sire, 56 ans, (marié, 3 enfants) a grandi au Pont de-L’Arn.. Il a choisi de s'installer à Paris pour finir ses études de Commerce après un diplôme de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse. Après avoir exercé différentes fonctions en Marketing et Communication il a racheté en 2000 une société spécialiste de la conception /réalisation de stands d’exposition sur les foires et Salons. Il a ensuite revendu cette société fin 2014 et depuis il exerce en tant que consultant. Il revient chaque fois qu’il peut se ressourcer dans la maison familiale qu'il a tenu à conserver. Il représente la 4e génération à occuper cette maison. Il a commencé à skier au Triby (forêt de Nore) et est adepte de la pêche à la truite dans les ruisseaux de la Montagne Noire C'est à l'occasion d'un marché de producteurs tarnais à Paris (dans le XVIIIème arrondissement) que François Sire a rencontré Gérard Fernandez, président de l’époque (décédé depuis) avec qui il a sympathisé et à qui il a succédé en avril 2019. François a l’ambition de dynamiser et rajeunir l’association. Ses péchés mignons : le fresinat et le melsat…

Emilyne Blattes

Emilyne est née et a grandi en campagne castraise avant d’effectuer des études en biochimie à Toulouse. Après son doctorat, elle quitte la France pour la Suisse pour évoluer professionnellement. 7 ans plus tard, elle revient et s’installe à la capitale. En mal de son pays natal et de l’accent qui chante de ceux qui en viennent, elle adhère très rapidement après son retour en 2019 à l’association pour y apporter son soutien et son dynamisme.

Gérard Alaux

Gérard est originaire de Mazamet et a suivi ses études secondaires à Castres au collège Barral. Son parcours professionnel l'a conduit au ministère de la culture où il a exercé notamment les fonctions de directeur du patrimoine au Centre national de la cinématographie (CNC), de directeur de l'école nationale de cinéma (La fémis). Il a ensuite dirigé pendant 13 ans la Fondation nationale des arts graphiques et plastiques (aujourd'hui Fondation des artistes) sous la présidence d'Éric de Rothschild. Il est passionné par l'histoire et le patrimoine - patrimoine culinaire inclus - de son département d'origine notamment. Il souhaite faire partager ses centres d'intérêt avec les membres de l'association et avec tous ceux qui s'intéressent à notre département, et travailler avec eux au développement de Tarn et Paris et de ses initiatives culturelles.

Adrien Léonard

Adrien Leonard a 30 ans. Il est co-fondateur de la Maison Montalet, artisan charcutier salaisonnier basé à Lacaune. Il est passionné de bonne bouffe et de rugby.

Sylvie Verniole-Davet

Est-ce son accent chantant ? Son métier d’avocat ? Sylvie Verniole Davet ne sait toujours pas pourquoi François SIRE lui a proposé de rejoindre l’Association Tarn et Paris, pour en devenir la secrétaire juridique. Peu importe. Ses racines tarnaises et plus exactement sémalensoises, l’auraient convaincue de toute façon d’apporter toute son assistance aux projets de cette Association. En effet, dès qu’elle peut s’éloigner de Paris, elle accroche ses bâtons de randonnée à son sac à dos et file vers des lieux préservés. Et quel plaisir de randonner sur les sentiers de la montagne Noire ou du Sidobre! Aujourd’hui, toujours avocate à PARIS, elle accompagne le développement de l’Association, approfondit sa connaissance du Tarn via les différents projets culturels mis en oeuvre par l’Association. Elle profite aussi de la venue chaque trimestre des producteurs tarnais pour se ravitailler en viandes et vins du Tarn.

Anne-Marie Bousquet

Anne-Marie est née à Paris dans le 14ème arrondissement. Après ses études elle a fait toute sa carrière en tant que cadre au Ministère de la santé. C' est par son mariage avec Michel qu' elle a connu le Tarn, département qu' elle a trouvé plein de charme avec un patrimoine très riche. Adhérente à l' association depuis plus de vingt cinq ans, elle en est la trésorière depuis vingt ans.

Michel Bousquet

Michel est né à Cordes-sur-Ciel. La situation professionnelle de son père a conduit la famille à venir s' installer à Paris peu après sa naissance. C' est donc à Paris qu' il a fait toutes ses études. A la fin de celles-ci il a travaillé avec son père qui possédait une entreprise de fermetures qu' il a ensuite dirigée pendant trente ans. Puis voulant changer de métier il l' a revendue pour exercer des fonctions de marchand de biens. Michel est toujours resté fidèle au département du Tarn où il se rendait plusieurs fois par an  dans la maison de ses arrière grands-parents.  

Pierre Jobard

Je suis né à Gaillac un soir de juin en 1952, par une nuit d’orage…Presque le début d’une chanson de Johnny Hallyday ! Quelques mois après ma naissance par hasard tarnaise, ma famille, champenoise d’origine, retourne dans l’Est de la France où elle s’établit . Je n’entendrai plus parler de Gaillac pendant 40 ans ! Après des études techniques à Nancy au Lycée H. Loritz, j’intègre les Arts et Métiers de Châlons. Promo 1972. Après mon diplôme et 15 mois de service militaire comme officier de Marine, à cause de la crise de la sidérurgie lorraine, je suis contraint de chercher du travail ailleurs… Ce sera en Ile de France, d’abord dans le secteur des télécommunications, puis très vite dans l’aérospatial (Zodiac, ONERA). Un peu par hasard encore, je fus intronisé dans la Confrérie bachique des Echansons de France qui, non seulement possède le musée du vin à Paris, mais aussi un domaine vinicole…près d’Albi ! Voilà donc un nouvel appel du Tarn : je ne tarderai donc pas à devenir actionnaire de la société qui possède le château Labastidié à Florentin. Certes, je n’ai pas d’aïeux dans un cimetière tarnais , mais je suis né dans ce département, possède quelques arpents de sa terre et quelques ceps de fer servadou, mauzac et l’en de l’el, et j’apprécie les paysages du Tarn où je me rends régulièrement. Un confrère Echanson et Tarnais, Pierre Galy, m’a introduit  dans l’association « Tarn et Paris » dont il était alors président. Maintenant retraité et heureux grand-père, je m’occupe de plusieurs associations, voyage (quand c’est possible!), restaure des motos anciennes et roule avec.